Il semblerait que l'attaque des peupliers ait été moins irritante cette fois-ci ...

Il faut dire que l'an dernier, à la même époque, mes sinus et moi avions dû affronter une offensive catapultante ... que nous vivions un premier printemps à la campagne et étions les seuls, mes sinus et moi, (Ben c'est bizarre ...) à nous promener en plaine, les dimanches ensoleillés, sous des nuages de pollen ... à vélo, c'est plus rigolo !

Sinusien un jour, Sinusien toujours !

Tant mieux !

Je peux donc m'aérer, entre deux séances d' aspirateur et de nettoyage ...
Parce que travaux rime avec placo, je vis sur un nuage ... de poussière depuis dix jours. Mes finus sont sinalement si mouchés que l'on beut dire que me boici innoculisée des pollens !

C'est béjà ça !

A bart ça ?!!

J'avais une cuisine ... Mais où est-elle donc bassée ? Allo Houston ? On a un problème ... Tara ne retrouve plus sa cuisine !

Je campe dans ma propre maison. Original, n'est-il pas ?! Oui. J'aime l'aventure ...
Mais si quelqu'un pouvait me dire où sont passées mes lunettes ...
Peut-être dans le mini-four ?
Ou à côté de la pile de linge, là, entre la cafetière, un catalogue de bricolage et l' intégrale de Duras (Jamais sans Marguerite). En équilibre sur l'armoire à pharmacie, dans laquelle vous trouverez mes pinces à linge, quelques températures, deux ou trois courbes de facture et les sucettes Mickey des enfants, celles qui clignotent.

Bien sûr ...

Tiens ! Mais pourquoi n'ai-je jamais pensé aux lunettes clignotantes ?!

J'ai même envoyé un SOS à Lolotte pour lui demander si elle ne les avait pas vues ! On ne sait jamais ...

Ne le dites à personne, mais il m'arrive de rêver d'une vie bien rangée ...

Vite ! Ma ventoline !

N'ai même pas eut le temps d'écouter pousser mes gouttes de sang, ni mes benoîtes, ni ma pivoine de Chine, ni le thym en fleurs, ni le pélargonium, ni mes myosotis ...

Ingrats qui ne m'ont pas attendue !

Seules, fidèles, mes roses trémières patientent au bord des mes allées et doucement inclinent leurs têtes d'un air très attentif. Adorées par dessus toutes. Nous ouvrirons le bal ensemble ! Je porterai ma plus belle robe ... blanche, avec mes ailes dans le dos. Tristan, ainsi viendrai-je jusqu'à toi !

Oui mes amis mais des semis m'attendent ! Et je ne pourrai vraiment les faire davantage soupirer !

Certes, demain et vendredi seront bien chargés : reprise en fanfare ! Londres, Madrid, Milan, et Saint Omer.

Mais revenez ce week-end et nous parlerons graines ... Oh ! mais pas n'importe lesquelles ! Je ne vous en dis pas plus ... Elles sont là. Leurs noms me bercent et me fleurissent.

Clin d'oeil à toi, Tiuscha !