Parfois mes amis louent mon sens du rangement ...

Il est vrai que quiconque vient chez moi rencontre un espace -oserais-je dire une espèce- on ne peut plus zen, presque jusqu'au dénuement ...

Je suis assise, en ce moment, devant quelque chose qui, il y a une heure à peine, ressemblait encore à une maison bien rangée. Je pense à cette solide réputation de fille ordonnée construite presque malgré moi

Quiconque n'a jamais connu mon intérieur en dehors de ce que je nomme ses « heures de visite », n'a jais connu le désordre ...

Ne venez jamais chez moi à l'improviste.

Si vous vous annoncez pour une heure bien précise, ne songez même pas à sonner ne serait-ce que 5 minutes en avance.

Vous connaîtriez alors la même stupeur que l'époux de Mélusine …

Je vous aurai prévenus.

Il m'est avis que derrière chaque obsédé du rangement et de la perfection, derrière chaque Bree van de K., se cache l'individu le plus désordonné qui soit.

Vivent chez moi deux personnalités, différentes mais complémentaires, qui se connaissent et s'estiment, de loin. Il leur arrive toutefois de se croiser régulièrement, un peu avant l'heure de la sortie des écoles, le retour du guerrier ou la visite d'un ami.

Alors, le week-end, c'est un vrai casse-tête et une lutte constante, presque épuisante.

Mais parfois éclosent de vrais petits bonheurs : une recette griffonnée sur un bout de papier volant et qu’on cherchait depuis des lustres. Parce que, c’est bien beau d’annoncer ses prochaines réalisations, d’allécher la galerie avec un joyeux montage de photos, encore faut-il se souvenir de ce que j’y vais mis, moi, dans cette recette née de mon imagination, fertile mais volage.

Il y a toujours du bon à feng shuiser ses tiroirs de bureaux …

Mais avant cela je vous laisse : quelques jeunes plants de bourdaine à installer. Comment refuser pareille invitation ?