Guetteurs de pleine lune, affamés des marées, grandes comme tes yeux !

La plage se découvre sous l’effarée procession des cueilleurs de coques

Nos ombres tanguent sous le rare soleil d’août, sur nos corps qui vacillent

La mer s’est ouverte.