Attendre la rentrée pour se jeter sur les sandwiches-coca et reprendre les 2 kilos que tu avais patiemment perdus cet été, au prix de salades sages

Traînailler près de la machine à café et s'en prendre à nouveau pour 10 ans d'ondes négatives au fiel de tes collègues insatiables

Se permettre une dernière orgie de chocolat noir avant de reprendre le train, juste histoire de sentir les noisettes se déchaîner sous tes dents, quand tu plantes tes yeux dans ceux de tes voisins d'en face

Te rendre compte qu'une miette de chocolat de la dite barre est en train de fondre sur le col de ton trench, sous les mêmes yeux de tes voisins d'en face

Ne plus avoir le courage de préparer ta lunch box boîte à salade la veille, sous prétexte que tu n'en peux plus

Craquer pour une énième paire de talons que tu ne porteras jamais

Retrouver au troisième coup, chaque matin, la maison de la nouvelle nounou et t'y garer à la fangio, en faisant crisser les pneus de ton bolide.

Recommencer la même opération le soir, en sens inverse

Oublier d'inscrire ta fleur d'automne à cet atelier d'arts plastiques qui t'a tapé dans l'œil il y a plus d'un an

Zapper en toute conscience la réunion schmilblick et passer aux yeux des autres mamans pour une mère dénaturée, si ce n'était déjà fait

Oublier de remplir le cagibi de lait végétal et de spéculoos

Vider en douce les pots familiaux de compote pommes-cassis bio que tu achètes pour tes enfants

Te dire que tu mettras en ligne tes récentes recettes estivales, courant décembre

Recueillir le chat de Marthe, et le laisser se barrer, la nuit, dans les champs de maïs, lui qui n'a jamais connu que son canapé et Derrick

Poster un billet alors que tu as promis d'ouvrir ce carton de bouquins qui t'a été recommandé et qu'il serait urgent que tu attaques ... avant le passage du marchand de sable

Vous laisser sans nouvelles encore un mois