− Eh! Parle, cette vie que tu te fais si charmante, qui te l'a conservée? À qui dois-tu de respirer cet air, de voir ce ciel, et de pouvoir encore amuser ton esprit d'alouette de billevesées et de folies? Sans elle, où serais-tu?
Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 449.

Source : CNRTL

 

J'ai retrouvé ma ville aujourd'hui. Braillante, lourde d'un air chaud, de ces orages d'août qui ne veulent jamais éclater et te narguent jusqu'à te faire haleter.
Soif et bitume. Odeurs d'essence électriques.
Mes sens en alerte.

Rendez-vous chez le dentiste.
Juste en pleine reprise, fallait bien que tu somatises
On s'exprime comme on peut,
Docteur !

Mais je l'aime bien. Il est d'une gentillesse ...

Un petit tour à La Source, ma boutique bio de la rue du Plat : Zaza ma coquillette, j'ai fait le plein de crème d'avoine, mais t'en ai laissé ! Ai encore craqué sur leurs salades composées, je te les recommande : ce soir, désolés chers lecteurs, la Grande Tara ne cuisinera pas.
Emois dans la foule
Mais que lui arrive -t-il ? Rien !
Justement ! (C'est si rare ...)

Ou plutôt si : comme une envie de passer un peu de temps avec vous ce soir. C'est important, de se revoir. Certes, ces derniers temps la régularité ne fut pas mon fort ... C'est que j'ai parfois besoin de partir, pour mieux revenir.

_ Au fait, que ça, Tara ?

_ Euh ... non ! Je me suis craquée aussi une paire de chaussettes ! Mais des Berthe aux Grands Pieds. Vous ne connaissez pas ? Dommaaaaaaaaaaage !

Tant pis pour vous  : dire que j'allais presque vous introniser dans mon cercle archi-fermé des amateurs de grandes et stylées chaussettes en laine ... Moi, j'en suis dingue. C'est que ...

J'attends l'automne, ses étreintes de terre, ses nuages bas, ses pluies qui te martèlent, en tête, la chanson douce, sur de la mousse. Oui, disait Verlaine, celle qui ne chante que pour vous plaire.

Les écharpes, les bottes, et la nuit qui te plonge dans des rêveries oranges, embalconnées de physalis, qui enguirlandent mes chemins de campagne,

Les potirons me font les yeux ronds.

De l'autre côté de mon hameau, il y a un vieux monsieur qui en vend déjà. Tu passes.Tu sonnes et tu choisis celui qui te plaît. Un prix défiant toute concurrence. Le plat préféré de mes enfants. La soupe au potiron. Toi, tu grinces un peu des dents, tout de même, sur ton vélo. Le potiron devant et Petite Planète derrière, le vent de face. Dis-toi que c'est bon pour les abdos. Quand est-ce que t'investis dans la mini carriole à fixer au vélo ?!

Et quoi d'autre ?

Euh ... peut-être une petite recette du moment ?

DSC00261

Mon clafoutis aux prunes (bio) du jardin

Parce que : grande nouvelle !

Elles sont revenues, mes prunes ! Petit clin d'œil à toutes celles qui avaient eu la gentillesse de participer à mon jeu : Chair de prunes, ici et ! Justement, c'est en feuilletant cette récap' que l'envie d'un clafoutis m'est venue.

DSC00287

Clafoutis aux prunes de Tara

Pour 4 personnes

Préparation : 15 minutes

Temps de cuisson : 45 minutes

Petite dédicace spéciale pour Anne-sophie, Muriel et Zaza avec qui j'ai eu la joie de passer de doux, chauds  et vrais moments

Ingrédients :

_ 100 grammes de sucre

_ 100 grammes de farine bio de quinoa

_ 1/2 c. à café de bicarbonate alimentaire

_ 3 œufs

_ 25 cl de lait d'amande

_ 500 grammes de prunes, après dénoyautage (lavées, dénoyautées, coupées en morceaux si nécessaire)

La recette :

DSC00272

Préchauffez votre four 180°

Dans un saladier, mélangez farine, sucre et bicarbonate.

Faites un puits au milieu et cassez-y les œufs. A l'aide d'une spatule mélangez en prenant soin de les incorporer progressivement.

Versez le lait et battez bien. Ajoutez vos prunes. Mélangez délicatement.

C'est prêt !

Versez le tout dans un moule à manqué margariné

Enfournez 45 minutes

Moi, je laisse refroidir, parce qu'il est important de laisser les prunes fondre encore dans la pâte. Parce que l'on sent moins le goût de la farine de quinoa, que j'aime, mais très subtilement.

Plongée de plaisir ... et plus, si affini-thé, quoique en ce moment ... je suis de plus en plus infusionnnelle, hibiscus et cannelle :

Et vous ?!