"Des sinistres guirlandes tintinnabulaient" ...

Les Chroniques de Spiderwick, Livre deuxième,page 84, Pocket Jeunesse

Tintinnabuler

A l'origine, latine, on entend le son clair et argentin d'une clochette en métal. Si le verbe s'est maintenu en français moderne, le substantif, quant à lui, s'est évanoui : sachez cependant qu'en ancien français, "tintinnabule" désignait la sonnette. Bien loin des ding et des dong impersonnels qui percent nos quiétudes.

Hier, virée week-end à la bibliothèque. Ma petite fleur y a cueilli, belles et incontournables, Les chroniques de Spiderwick.

Ce matin, un mot l'a chatouillée. Une maman poète, c'est bien plus pratique et amusant que le dictionnaire. L'occasion de faire voler nos clochettes ...

Mais trêve de tintinnabules, revenons à ce verbe, qui me plaît et me ravit.

Peut-être  parce qu'il n'y a pas de hasard, peut-être parce qu'il est un peu magique, voilà qu'il réapparaît, quelques heures plus tard ... Carillonnnement cristallin ...

Mais laissez-moi continuer de citer ce très bel article de H. Walter : 
   
"En principe, le verbe " tintinnabuler " est un mot savant créé au XIXème siècle, mais sa consonance onomatopéique et la répétition quasi enfantine des deux premières syllabes (" tintin ") lui donne un petit air guilleret, encore accentué par la fin du mot, qui le fait agréablement basculer dans un tout autre contexte stylistique à la fois familier, un peu amusant et presque poétique. Voilà peut-être pourquoi de nombreux enfants - et encore plus d'adultes - le considèrent comme l'un des plus jolis mots de la langue française. Sans le savoir, ils retrouvent aussi  l'autre forme du mot "tintinnabulum", qui était "tintinnabellum " et qui évoquait alors immédiatement quelque chose de beau."