Voici bientôt 15 jours

Tara, que vous reprîtes ce sentier par vous si tendrement aimé jadis et naguère

Voiture, train puis marche avant que d'arriver en votre sanctuaire

Sans doute était-ce hier ...

Voici bientôt 15 jours, Tara

que vous reprîtes les armes

Oh! mais vous bâillez ?!

Des journées bien chargées,

Quelques réunions qui n'attendaient que vous

Une petite grève des trains pour se remettre en jambes :

Allons, que diable ! Un peu de nerfs

Voyez : vous avez déjà survécu à l'inévitable assaut des collègues attendries dont l'unique et lancinante préoccupation fut de vous matraquer toute la première semaine d'un "Alooors, c'est pas trop duuuuuuur ?" qui faillit presque avoir raison de votre flegme habituel ...

Vous comprîtes vite qu'il n'est point judicieux de vouloir rassurer votre interlocuteur, lequel, dans bien des cas, s'il est prêt à fondre de compassion au moindre soupir, risque tout autant d'en appeler à la colère des dieux pour un grotesque et timide "Tout va bien"

Laquelle colère eut souvent pour point d'orgue un magnifique "Tu verras dans 15 jours !" on ne peut plus explicite ...

Il est donc de bon ton,

Lorsque l'on reprend ses fonctions,

De manifester quelque signe de grande frustration,

Tara ...

De frustration, bien sûr il en fut, et de grandes

A mes amies, inquiètes et désarmées, en ai parlé

Et vos messages m'ont réchauffé les ailes

Encore pardon Marianne de n'y avoir point répondu de suite ...

Voici 15 jours, Tara, que vous reprîtes les armes et c'était comme une folle envie ce soir de vous en parler

Mais je n'oublie pas mes recettes

A bientôt, sur ma planète !

(Certes, l'art de la pirouette ne fut jamais chez moi de grande qualité ...)