Ce que j"aime dans les cookies, tout compte fait, c'est leur cuisson.
C'est vrai, et puis le fait que les cookies, c'est vraiment très très facile à réaliser.
Un jeu d'enfants, diraient certains.
La preuve, les tiens, d'enfants, c'est ce qu'ils te réclament chaque mercredi, ou presque.

Oui mais, me direz-vous, Chère Tara, cela ne nous dit toujours pas pourquoi vous aimez leur cuisson ?!
Parce que les cookies, ça s'étale en cuisant (Eh oui, c'est pas des congolais. Tant mieux, tes loupiaux n'aiment pas, mais vraiment pas les congolais, la faute à la noix de coco, sans doute)

Mais revenons à nos cookiesssssssss. Comme ça s'étale, ça prend de la place, donc tu ne peux faire cuire plus de 8 cookies à la fois (en gérant bien ton espace cuisson), si bien qu'il te faudra 3 cuissons de 15 minutes pour cuire l'ensemble de tes cookies.

Compris ?
Non, toujours pas ?
Ben si, parce que c'est le meilleur moment de ton mercredi, avec ta tribu qui compte les minutes sur la vieille horloge digitale du micro-ondes, que personne ne remet plus à l'heure depuis des années, vu que ça ne sert à rien, dans ta cuisine, l'heure. Tout le monde s'en moque.
Ce sont les minutes qui comptent, dans tous les sens du terme,

le mercredi.

Alors voilà, c'est 3 x 15 minutes de bonheur et de bavardages. Le nez devant la grille du four. Il fait chaud, ça sent bon et personne ne songerait à partir. Même ta Petite Planète, elle en oublie de râler contre cette dent qui n'en finit pas de lui sortir. L'odeur du cookie, je vous dis qu'elle est magique, elle guérit les bébés de leurs douleurs dentaires. Faudrait inventer un parfum rien qu'avec l'odeur du cookie du mercredi, pour être heureux aussi quand c'est lundi.

On parle de tout et de rien, des cookies surtout. On sait qu'on les mangera tout chauds au sortir du four et qu'on peut les croquer tant qu'on veut, vus qu'il y a 3 fournées !

Mais voici tout de même la recette, reprise à partir de ce premier essai mémorable : ma première fois chez les cookies américains, grâce à Eryn

Je me suis simplement surprise à remplacer la vergeoise par du rapadura et puis, j'ai ajouté 3 cuillères de cannelle au mélange fariné.

C'est tout.

DSC07896

Cookies à la cannelle

Les ingrédients (pour une vingtaine de succulents cookies)

_ 130 grammes de beurre mou en dés
_ 100 grammes de sucre roux
_ 60 grammes de Rapadura
_ 1 œuf
_ 1 c. à soupe de lait
_ 1/2 c. à café d'extrait d'amande amère
_ 50 grammes de flocons d'avoine
_ 150 grammes de farine
_ 1/2 c. à café de levure chimique
_ 1/2 c. à café de bicarbonate
_ 4 cuillères à café de cannelle (parce que le rapadura, c'est fort en goût !)

La recette :
Préchauffez votre four thermostat 170°

Malaxez le beurre coupé en dés avec le sucre roux et le rapadura

Ajoutez alors le lait, l'extrait d'amande et l'œuf  battu, après les avoir bien mélangés

Puis complétez de ce mélange suivant : farine + levure + bicarbonate + cannelle

Et  re-malaxez ... jusqu'à obtenir une belle pâte (presque) homogène

Terminez par les flocons d'avoine.

Voilà, il n'y a plus qu'à recouvrir votre grille de papier cuisson. Façonnez rapidement des boules de 30 grammes environ et déposez-les sur votre grille. Sans les aplatir (la cuisson s'en chargera) et en les espaçant bien, par conséquent.

Le four en position chaleur tournante, comptez 15 minutes par fournée.

J'ai retiré les cookies bien dorés et encore un tout petit peu mous.

Les cookies se conservent très bien et très longtemps dans une boîte hermétique.

Texture moelleuse au cœur et si craquante autour. La cannelle qui s'emballe sous mes papilles, la douceur des flocons d'avoine

PS : Cher Zèbre,
M'attendais-je à votre question ?
"Bien sûr que non !", dit-elle dans un grand sourire !
Voici, pour vous servir, quelque wiki-éclaicissement :

"Sucre de canne complet ou sucre intégral (également connu sous la marque déposée Rapadura)
sucre non raffiné et totalement pourvu de sa mélasse, c'est le résultat direct du pressage de la canne et obtenu après évaporation de l'eau. Ce sucre est connu sous de nombreux noms par sa longue histoire : gur ou jaggery en Asie du Sud, chancaca, panela, piloncillo ou rapadura au Mexique et en Amérique du Sud. Le terme rapadura d'origine brésilienne est le plus connu en Europe car il a été déposé en tant que marque par la société allemande Rapunzel."
Source : Wikipedia