Petit clin d'oeil à Miss Lola qui nous propose sur son Blog Encore une autre et délicieuse approche de l'alliance café-chocolat ...

Le gâteau qui fond sur la langue, c'est une petite recette dénichée avant hier sur un paquet de sucre roux ...

Dans ma tisane au thym, moi, l'hiver, je me sucre la vie en roux.
C'est un peu moins girly que le rose, mais telllement plus ... flamboyant !

So far away from ma petite boutique bio, je suis bien aise de trouver chez mon épicier préféré ce sucre de canne aux reflets vénitiens.

Découverte d'une nouvelle texture, incroyablement fondante, d'une extrême douceur

Mais ce gâteau des plus sympathiques, a d'autres atouts :

Primo, sa réalisation "sans four" répond parfaitement à certaines situations-rarement vécues certes- mais suffisamment pour qu'on s'y intéresse :

_ "Comment survivre quand votre four a rendu l'âme?"

_ "Mais l'agence m'avait pourtant bien précisé que la cuisine était meublée !"

_ "N'y avait-il point une grille dans ce four ?"

Second avantage de cette recette, et non des moindres (vous connaissez tous mon côté "Bree Van de Kampf") : le gâteau qui fond sur la langue se prépare 12 heures à l'avance : une astuce qui vous laisse les coudées franches en cas de réception !

Encore faut-il un minimum d'organisation ... A savoir ... disposer de la totalité des ingrédients.

C'est ici que ma trajectoire dévie sensiblement de celle de la rousse desperate housewife : nul n'est parfait en ce bas monde !

Par conséquent, me direz-vous, mon gâteau qui fond sur la langue est légèrement différent de la recette initiale. Oui, mais si peu ... (Seuls quelques biscuits au gingembre viennent y jouer les invités de dernière minute)

DSC04879

Un petit tour dans mon cagibi magique :

_ 200 grammes de boudoirs

_ 100 grammes de biscuits au gingembre

_ 125 grammes de beurre mou

_ 150 grammes de sucre Blond de Canne en poudre

_ 100 grammes de chocolat noir

_ 20 cl de café fort

_ 2 jaunes d'oeufs

La recette, d'une simplicité éloquente :

Je me suis d'abord préparé un délicieux café noir (ça j'aime !)

Les biscuits, j'ai broyé grossièrement puis passés au robot mixeur

Le sucre est venu s'ajouter, suivi bien sûr du café

Puis j'ai pesé le beurre et l'ai travaillé en pommade afin qu'il vienne sans difficulté se marier à ma pâte sucrée.

Les deux jaunes d'œufs et le chocolat finement râpé ont rejoint mon saladier.

Bien sûr, jamais je n'ai cessé de penser à vous mélanger !

On tapisse le fond d'un petit moule à cake de papier sulfurisé, pour mieux démouler.

Et on verse sa préparation dans ledit réceptacle

Qui, sous couvert de film alimentaire, passera la nuit au frais.

Sortez de votre réfrigérateur au dernier moment et consommez sans tarder.

Ce gâteau comportant des jaunes d'oeufs non cuits, ne le conservez pas plus de 24 heures chrono (Ce qui en temps réel équivaut à 12 heures, le temps de réfrigération pesant déjà dans le timing)

Au-delà, le charme n'opère plus et le sémillant Jack Bauer attérit sans parachute dans Plus Belle La Vie ...

Petite remarque cependant : la prochaine fois, je tenterai une approche plus light ... Sans doute moins de sucre et de beurre. C'est très bon, mais assez riche à mon sens (Il est vrai aussi que je ne suis pas une passionata des textures sucrées crémeuses)

Donc à servir à l'heure du thé (du café ou de l'infusion !), en fine tranche. Et laisser fondre, lentement ...