DSC00374

J'aime lire Dorian !
Et j'ai beaucoup aimé son thème ! Miel et fruits exotiques ...
Ce fut un double plaisir, confituresque et littéraire, que de participer à cette 10 ème édition d'A vos casseroles

Merci beaucoup à Marie-Laure, d' Ô délices, pour cette initiative

Fruits exotiques et miel ...

Quelle belle invitation au voyage !
Comme un poème de Baudelaire
"Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur ... "

Confiture velours de miel, ananas, banane et passion

L'ananas, vous le savez, a ma préférence !
Je puis en dévorer un à moi toute seule !
Point de Victoria cette fois-ci, mais un bel ananas tout de même ...

Comment choisir votre ananas ?
Il sera lourd dans la main, ferme au toucher ...
Et si je veux être sûre qu'il n'y ait point de fermentation ?
Inspectez sa robe et vérifiez qu'elle ne présente aucune tache !
Ses feuilles seront d'un joli vert dans lequel vous vous perdrez ...
Point de flétrissures ni de noircissure !
Enfin, épreuve ultime qui de sa loyauté vous assurera : envoyez-lui une chiquenaude !
Si le fruit rend un bruit sourd, l'affaire est dans le sac, voire dans votre joli panier d'osier !

A température ambiante, vous le conserverez 2 à 3 jours, pas plus.

Le couper en deux,
ôter soigneusement écorce et "yeux"
Retirer le coeur, cette partie dure et centrale
Qu'il ne convient pas de cuisiner.

Pour les bananes, c'est encore plus facile :
Nues et en rondelles !
vite ! Recouvrez-les d'un jus de citron
Avant qu'elles ne noircissent ...

Pesez tout ce beau monde : chez moi, cela fit
_ 240 grammes d'ananas (soit 1 ananas ... que j'ai dû un peu grignoter au passaaaaaaaaaaage ! )
_ 400 grammes de bananes (Soit 4 bananes environ)
_ 1 jus de citron non traité

Pendant que nous y sommes, ajoutons 2 fruits de la passion et lâchons nos fauves instincts gourmands !

Exquise torture ! Excusez-moi, il faut que j'aille reprendre un peu de ça :

DSC00388

Soupir d'aise ...

" Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
  Luxe, calme et volupté."

Que disais-je ? Ah oui ! 2 fruits de la passion que vous ouvrez et videz à la petite cuiller dans votre terrine à macérer (oui ! dans la terrine ! Pas dans votre bouche !)

Et quoi d'autre ?
_ du sucre semoule. Pour cela, revenez à votre balance ... Qu'affichait-elle tout à l'heure, avant que vous ne vidiez vos fruits dans la terrine à macérer ? Comment ? Vous ne l'avez pas noté ?!!!
Voyons : j'avais 640 g de fruits (ananas et bananes) : je retire 140 (que je convertirai en miel en fin de cuisson, pas avant) ... Il reste donc :
500 grammes, tout rond ! de sucre semoule que vous ajoutez à vos fruits, avant de recouvrir d'un film alimentaire et de laisser reposer toute une nuit, à la fraîcheur d'une pièce.

Le lendemain, exotique parfum dans votre cuisine !
Portez à ébullition, écumez et mélangez !
Cela devrait aller assez vite car les quantités sont raisonnables.
Lorque votre spatule en bois commencera à sentir une certaine consistance
Alors, au mixeur plongeant vous passerez !
Ce sera le moment d'ajouter
140 grammes de miel liquide. (Un miel toute fleurs eut ma préférence.)

Pourquoi en fin de cuisson ?
C'est Christine Ferber, ma référence confiturière, qui préconise de bien différencier miel et sucre au niveau de leurs pouvoirs conservateurs. Si le sucre est connu pour ces qualités de conservation; le miel,quant à lui, parfume mais ne conserve pas "car il caramélise très vite et ne supporte pas la cuisson à feu trop vif". De plus, chauffé à plus de 45°, le miel "perd beaucoup de sa saveur" (in Le Larousse des confitures)

 
Portez une nouvelle fois à ébullition et mélangez encore pendant 2 à 3 minutes, à feu doux. C'est tout.

Le test de l'assiette devrait confimer mes dires et une goutte tombée sur une assiette froide restera belle et bombée lorsque vous la pencherez. Surtout, ne glissera pas !

Mettre en pots
Aussitôt
Et fermer
Comme il vous plaît

(vous connaissez mon penchant paraffinesque !)

Je récapitule !

1 ananas bien mûr
4 bananes à point
2 fruits de la passion
1 citron non traité
Du sucre semoule
Un miel liquide

"Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale."

Merci enfin à Claire à qui je dois l' inspiration poétique de cette mise en recette