Chantait le grand Serge … Difficile, ce matin, de le reprendre en couplet ! Mon lecteur assidu l’aura deviné : Tara nous fait sa petite trachéite de février. Un rendez-vous désormais incontournable,toujours bien placé entre chandeleur et Saint Valentin, laquelle fête risque fort de ressembler aux précédentes : à savoir une poule vermicelles en sachet et au lit ! Au mieux, ce qui me servait jadis de nez aura peut-être repris d’ici là forme humaine et, après une bonne rasade d’Euphon, je parlerai comme Marlon Brando dans Le Parrain. Voilà ! Comme icône de beauté …

Ceci dit, mon tube fétiche d’Homéoplasmine largement étalé sur ce que nous nommerons pudiquement la zone péri-labiale, mon vieux pull informe et mes séances d’inhalations … semblent avoir sur l’homme de ma vie un effet inattendu. Ce doit être le côté fragile et sans défense qu’il doit lire au fond de mes yeux brillants, de fièvre. C’est à se demander à quoi riment continuellement les couvertures de magazines ! Avoir un corps parfait ! Une peau fraîche et un moral d’enfer ! Foutaises, mesdames ! Le top du top pour faire craquer votre homme : le pilou-pilou, une bonne paire de charentaises bien avachies, 38.5 le matin et une toux bien caverneuse.
Et surtout ! Ne cuisinez plus ! Vous découvrirez alors qu’il raffole de la purée mousseline et du jambon sous vide. Le pire, c’est qu’il dit vrai … Oui, je sais, nous vivons dans un monde cruel. Des années de formatage pour découvrir que la perfection n’est pas toujours la première condition !

Enfin, je me rassure en me disant qu’il ne peut me voir qu’avec les yeux de l’amour, lequel, nous le savons tous, voit très mal … Allez Tara ! Du nerf, que Diable ! Essaie tout de même la toute dernière crème teintée que tu t’es offerte ... Après tout, personne ne te fera la moindre remarque, c’est bientôt carnaval ! Et ce délicieux shampoing au miel ? Ah oui ! Tu ne sens plus rien …

Bon ! On va peut-être refaire une petite inhalation … histoire de passer le temps et de te calmer les nerfs, lesquels, curieusement, ne sont jamais à plat, eux ! Association d'idées. ça te fait soudain penser à cette réflexion que te lançait récemment,d'un air subtilement entendu, l'une de tes connaissances :« Méfions-nous de l’eau qui dort ». Ton côté parano l’a bien enregistrée … Bien sûr, tu ne vois toujours pas le pourquoi du sous-entendu … et ça t’ennuie. Au fond, t’es une gentille fille. Tu as encore dû mettre les pieds dans le plat à propos d’un sujet délicat et comme tu es toujours en retard de trois guerres,au moins, dans leurs histoires intestines ... En fait, tu réagis toujours avec un décalage horaire propre à court-circuiter certains esprits si savamment torturés qu' ils ne peuvent intégrer tes données obsolètes ! Soupçonner, dès lors, quelque complot machiavélique de ta part les sauve puissamment des affres de l'angoisse ... On ne va pas la leur faire, à EUX ! Non mais !
Il est heureux que tu n'aies pas vécu au Moyen-Age ...

Bref, tu ferais bien de te traîner jusqu’à ta cuisine. Mais peut-être qu’avant serait-il judicieux de ramasser les mouchoirs en papier que tu as laissé traîner un peu partout autour de ta couche (en ce moment, le mot « lit » serait plus qu’irréaliste !). Parce que si certains animaux aiment à marquer leur territoire, toi, en ce moment, avec ta boîte de kleenex en bandoulière, tu n’en es pas très loin.

Peut-être aussi, serait-il temps de rappeler madame ta mère, qui s’inquiète fort de ta santé. Seras-tu remise dimanche prochain pour votre sortie resto ? Dans le cas contraire, elle aimerait beaucoup le savoir avant ce soir  et ce afin de se prévoir une autre sortie. Ce que tu aimes le plus chez ta mère, c’est sa vision totalement désintéressée de la vie … Une énergie primale que tu lui envies, surtout aujourd'hui ! Bon, tu la rappelleras quand même et tu la rassureras dans sa chair maternelle : qu’elle maintienne sa réservation. Tu as lu et relu L’amour en plus, d’Elisabeth Badinter et tu conseilles fortement ce livre à toutes les Tara du monde. Non, tu ne le mettras pas en vente sur ton blog : Tu n’es pas (encore) ta mère !

Je sais, aujourd’hui mon post a des allures de Bridget Jones … Ô ma Zaza, je comprends que tu aies pu craquer pour Colin Firth ! Mais l'élégante désinvolture canaille d’ Hugh Grant continue de me titiller ! Ceci dit, aucune grande résolution chez moi ces temps-ci, si ce n’est celle de me préserver un peu plus de certains virus ambiants ...