DSC02210

CONFITURE DE MELON AUX EPICES

Ingrédients :
_ 3 beaux melons bien mûrs (soit 1,8 kilo de pulpe)
_ 1,6 kilo de sucre cristallisé
_ 6 petites pommes ( des jonagold, par exemple)
_ 1 citron et demi
_ 1/2 badiane (anis étoilé)
_ 15 cardamones vertes

La préparation se fera en deux temps.

Or donc la veille au soir, pour toi j’ai préparé : 

_ 3 melons bien mûrs, des Charentes bien sûr !

D’abord ôter la pulpe et ne garder qu’elle. La peser.
 
Vite la déposer dans la marmite.
 
Pour un kilo de pulpe, j’ai ajouté 3 petites pommes bien sûrettes. La jonagold, pour cette recette eut mes faveurs.

Ainsi, j’ai obtenu :

 _ 1,8 kilo de pulpe de melon (arrondissons à 2 !) et donc …

_ 6 pommes (soit 550 grammes, après les avoir épluchées et vidées)

 
Je reprends :

Aussitôt les pommes en  quartiers j’ai coupées, puis avec le jus d’un citron et demi (non traité) les ai arrosées.

Hop ! dans la marmite !

J’ai mélangé.

Le sucre maintenant …

Point trop de sucre pour ces melons bien mûrs … Là encore, je me suis basée par rapport au melon pesé : 200 grammes de moins que le poids réel, soit 1,6 kilo de sucre cristallisé.

Sur le tableau noir de la cuisine, de savants calculs toujours s’affichent !

Comptes d’alchimistes !

Contes de chimistes !

Est-ce tout ? Oui ! Pour l'instant ...

Le melon pour sa saveur, les pommes pour la texture (ainsi j’évite une confiture trop liquide) et le jus d’un citron et demi. Son acidité aidera la pectine à entrer en scène !

Une nuit à couvert, j’ai laissé macérer, au frais, après avoir bien mélangé.

Le lendemain, mon ange, soulève le couvercle ...

Et laisse-toi mener

Par le bout de ton nez ...

Les fées sont aux aguets !

Tu ne dois te tromper ...

Des arômes exprimés,

Un choix s'imposera.

Où ta copie tu ne retoucheras ...

Où quelque filtre tu ajouteras !

15 cardamones vertes, pour leur arôme poivré, viendront épicer ta confiture. Pour toi mon coeur, une à une je les ai ouvertes et n'ai utilisé que leur graines.

Pour étoiler ta nuit, 1/2 badiane ai-je ajoutée telle quelle.

Il était alors temps que mon chaudron frémisse puis se mette à bouillir.

Cependant, à la vue de l'impressionnante proportion de sirop, une dernière opération s'imposait :

Ne porter d'abord à ébullition que le jus, puis ajouter le reste de la préparation.

Alors , nous baissâmes le feu.

Ecumer, mélanger, surveiller la cuisson.

Mixer dès que la cuillère en bois commence à murmurer que le mélange s'épaissit.

Jusqu'au redoutable test de l'assiette !

Mettre en pots sans tarder, en prenant soin de pencher ceux-ci afin qu'aucune bulle ne s'en mêle !

Laisser refroidir, paraffiner, comme d'autre parachèvent leur chef d'oeuvre !

Ce matin,aux confins de nos jardins, sur un bout de comptoir, des confitures, du café noir ! On discute entre voisins. Chacun apporte son trésor. L'orage a provoqué de sérieux dégats dans le hangard d'un fermier du coin. Les autres fermes se sont mobilisées. Je suis frappée,émue par l'entraide immédiate et sans tapage qui relie ces gens, leur fragilité que je ne soupçonnais.