Il y a l 'irréel, le merveilleux, le noir trophée de Mary Poppins …

Il y a ceux de Cherbourg … on s’y croirait presque !

Il y a, reconnaissable entre tous, celui de l’ adolescente qui ne veut surtout pas qu’on la prenne pour sa mère …

Alors, c’est simple, elle n’en a pas !

Juste à côté, en te penchant bien, tu vois pointer un drôle de truc, comme un crapaud sur une boîte d’allumettes : c’est celui de la mère, qui aimerait bien encore qu’on la prenne encore pour l’aînée, sans pour autant devoir croiser son reflet dégoulinant dans la vitrine …

Alors c’est simple, elle a emprunté le modèle « Barbie » de la petite dernière, qui en aura bien besoin au sortir de l’école …

Mais elle espère très fort, la mère, qu’il ne pleuvra plus, parce que tenir à deux, là - dessous, c’est impossible !

Il y a, je l’ai vu, le total look écossais tendance de la fashion victim, qui a déjà l’imper et la cloche à fromage assortis … Tenue camouflage ?

Il y a le modèle couple qui sévira là où les trottoirs sont aussi larges qu’un sourire de vendeuse de petits pains dans une boulangerie chic (Si si, ça existe !) : là où tu ne peux le doubler qu’en te prenant l’eau du caniveau … Ce modèle-là ne se dépasse qu'avec une paire de cuissardes bien étanches  !

Il y a les noirs, discrets, et les rouges flamboyants : la place ressemble à une coccinelle !

Il y a les moins chanceux : les cabossés des gens pressés, les oubliés sur le trottoir : chargés d’histoires !

Et puis il y en a un parme électrique aux antennes translucides : grâce à lui j’ai connu l’un des plus beaux éclats de rire de ma vie pluviale (Ô Me pardonneras-tu, mon cœur, cette douche impromptue ?)

Celui-là, c’est un ciel de cristal liquide sous des paillettes

explosives !